Comment parler de la mort ? | Fil santé jeunes - buyviagrasoft.info
Chat
Publié le , Modifié le 13 février 2014

Comment parler de la mort ?

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

deuil3Les décès d’un membre de sa famille, d’un ami ou d’un animal très aimé sont autant d’évènements douloureux auxquels on peut parfois s’attendre mais rarement se préparer. Parler rassure, permet de se soulager et de trouver du soutien. Pour autant, évoquer ou entendre parler de la mort nous renvoie à l’idée que chacun d’entre nous mourra un jour et cela peut être effrayant. Aucune société n’a développé une vision de la mort qui permettrait d’en parler comme de la pluie et du beau temps, mais chacune a mis en place des rituels lui permettant de s’en accommoder.

Parler de la mort n’est-il pas inquiétant ?

Nous pouvons avoir des réticences à parler de la mort à un ami ou à sa famille car on a peur de « traumatiser » l’autre, de lui renvoyer des images douloureuses, de générer chez lui des angoisses… On peut entendre parfois qu’il faut absolument « tout dire », « tout montrer ». En réalité, cela doit rester à la libre appréciation de chacun. A l’inverse, on a peur d’aller vers une personne endeuillée car on s’inquiète de réveiller sa tristesse, de la gêner… Là encore, chacun est différent. Pour certains, parler d’un proche disparu peut effectivement provoquer des angoisses. Au contraire, d’autres peuvent se sentir moins seuls, soutenus, entendus, aidés… Le mieux est de demander ce que l’autre attend, l’essentiel est de se rendre disponible pour celui qui veut parler… ou rester dans le silence. Pour la personne endeuillée, l’important est de savoir qu’elle peut compter sur vous et votre présence.

Parler d’accord, mais parler de quoi et comment ?

On n’est pas tous à l’aise avec le fait de parler, surtout quand il s’agit de choses personnelles, intimes. L’important n’est pas ce que dans ce que l’on dit à la personne endeuillée mais dans ce qu’elle dira elle-même. L’essentiel est qu’elle sache qu’elle sera entendue. Ce seront ses propres mots et non pas les tiens qui seront libérateurs. Bien-sûr, si la personne endeuillée te demande des conseils, tu peux lui en donner mais s’abstenir peut permettre à chacun de trouver sa route pour aller mieux, à son rythme, selon ses propres capacités. Une chose est sûre, ceux qui parlent le mieux de la mort sont ceux qui l’ont apprivoisée, si ce n’est pas ton cas, ne t’oblige pas à le faire. Et il n’est pas nécessaire d’avoir une « tête d’enterrement » pour parler à celui qui vit un deuil. L’endeuillé est être triste, tu peux partager sa peine sans pour autant la porter à sa place. Il a besoin d’être soutenue, ce qui n’empêche pas que tu puisses laisser aller ton émotion. Lâcher prise fait du bien, ça peut même passer par les pleurs.

Humour ou pas humour ?

Parler de la mort avec humour n’est pas interdit. Cela aide parfois à mettre à distance une terrible nouvelle qu’on rendra ainsi moins effrayante, mais si on peut rire de tout, on ne rit pas forcément avec tout le monde. Il faudra donc être prudent et choisir ses mots en fonction de la situation et de la personne avec laquelle on se trouve. L’humour peut paraître déplacé et choquer. Il peut aussi permettre de retrouver de l’apaisement, d’alléger la douleur pour mieux l’apprivoiser.

Parler dans quel but ?

Pour que chacun puisse être là pour l’autre, tout simplement. Pour pouvoir s’aérer la tête, se soulager si la douleur est trop forte, continuer à faire vivre le disparu par les souvenirs, les moments partagés, les anecdotes… La discussion n’a pas à avoir un objectif précis.

Et si mon petit frère me pose des questions ?

Dès 5 ans, un enfant peut redouter sa propre mort parce qu’il a peur d’être puni pour avoir mal agi. Souvent, il redoute que cela arrive aux personnes de son entourage. La mort de la mère ou du père est un classique des histoires et des contes de fées. Ce n’est pas un hasard. Cette angoisse profonde habite tous les enfants. Plutôt que d’éluder la question, qui restera enfouie en eux comme une crainte ou une souffrance, mieux vaut répondre le plus simplement possible quand ils s’expriment sur ce sujet.

Une chose est sûre, prononcer le mot « mort » ou en parler n’aura pas de conséquence sur notre destinée. Contrairement à l’expression idiomatique, on n’attrape pas la mort comme on attrape un rhume ! Faites-vous confiance !

Pour partager ces ressentis avec d’autres, voici quelques discussions forum :

Peur de la mort.

Ce dossier a été élaboré en partenariat avec l’équipe du

image_pdfimage_print

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 111 111.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 

www.viagraon.com

steroid-pharm.com

www.pharmacy24.com.ua