Chat
Publié le , Modifié le 10 mars 2014

Douleur physique et mal de vivre

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

douleurL’expression « avoir mal » s’utilise tout aussi bien lors d’une douleur physique que lors d’une émotion négative. On a mal à la tête par exemple et, quand on vit une rupture amoureuse, on a mal tout court… Si la douleur physique qui s’inscrit sur une partie du corps en particulier est localisée, la douleur d’existence est plus diffuse. C’est un peu comme si on avait alors « mal à soi » ou « mal à certaines idées » qui réveilleraient des souvenirs désagréables.

Stress, tensions des muscles et mal de ventre

La souffrance psychique peut provoquer aussi chez certains un « stress physique ». Les muscles se contractent quand « ça va pas ». C’est un reste de la vie préhistorique. En effet, en situation de danger, le corps se préparait alors à l’attaque ou à la fuite. Quand on est triste, énervé, malheureux, le corps réagit comme s’il y avait un vrai danger alors que celui-ci est psychique. C’est ce que l’expression « être sous tension » signifie … Les muscles se tendent et ça fait mal ! Le haut du dos est le premier à être touché.
De la même manière, on peut avoir mal au ventre avant un examen. Les spasmes intestinaux sont connus de certains anxieux. Là encore, il est question de muscles. Les muscles lisses de cette partie du corps se contractent provoquant la douleur !

Quand on va mal, on ressent plus la douleur

La perception de la douleur serait plus forte quand on ne va pas bien. Le même individu selon qu’il aille bien ou mal ne ressentirait pas la même chose à la suite d’une blessure identique. Ainsi, l’expression « être à vif » montre que les émotions désagréables provoqueraient une hypersensibilité à la douleur.

Douleurs chroniques et déprime

Inversement, avoir mal physiquement de manière continue amplifie les idées et les émotions négatives. La douleur physique a donc un impact sur l’humeur et provoque chez certains une résignation alors même que des thérapies médicamenteuses et psychologiques existent…

Se faire mal au corps pour moins souffrir ?

L’automutilation est le fait de s’infliger une blessure volontairement. La douleur ainsi provoquée attirerait l’attention sur une partie du corps en particulier. Le « mal à soi » diffus et envahissant se trouverait alors limité à une toute petite zone corporelle et serait ainsi maîtrisée, mais seulement pour un temps. Ce serait en quelque sorte une fausse solution qui ne permettrait pas de pouvoir avancer et résoudre le problème psychique.

Deux petites choses à retenir, tout d’abord le corps peut venir signifier des choses. Il faut apprendre à l’écouter car une douleur n’est jamais normale mais est un signe que quelque chose va mal. Puis, n’oubliez pas que loin d’être une fatalité, les maux de toutes sortes, qu’ils soient psychiques ou physiques se traitent et se soignent ! Alors n’hésitez pas à faire appel aux professionnels !

image_pdfimage_print

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 111 111.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 

www.dopingman.com.ua/inekczionnyie-steroidyi/boldenon/sp-equipoise.html

www.dopingman.com.ua/tabletirovannyie-steroidyi/galotestin-xal.html

https://start-sport.com.ua