Chat
Publié le , Modifié le 13 janvier 2014

Les complexes côté filles, côté garçons

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

complexesNotre société occidentale privilégie l’apparence : notre image doit être parfaite en toute circonstance, et voilà qu’apparaissent les complexes. L’adolescence est une période faste en  complexes quand accepter son nouveau corps et ses nouvelles formes est difficile…

A cela s’ajoute le fait de se confronter aux autres que l’on trouve souvent mieux que soi-même. On s’impose des normes alors qu’on est justement dans une période (la puberté) où rien n’est comme on voudrait ! Le corps se développe d’une façon qu’on a parfois du mal à comprendre et à accepter. Mais rassurez-vous, la plupart du temps, ça passe ! Les filles sont plus complexées que les garçons (en tout cas, elles le disent plus volontiers) car la pression médiatique et sociale est plus forte : le physique avant tout !

Côté filles

1. Ch’uis grosse, mes cuisses se touchent : « ô balance, ma belle balance, dis-moi qui est la plus légère du royaume ? » 500g de plus et la grève de la faim n’est pas loin ! Effet loupe garanti quand on s’observe : demandez aux autres si vous êtes grosse et vous réaliserez qu’ils ne vous voient pas du tout comme vous vous voyez ! Sous l’influence des hormones, les filles s’arrondissent à la puberté sur des zones spécifiques. C’est le propre des femmes. Mais parmi les possibles partenaires que vous pourriez avoir, c’est sûr qu’il y en aura qui préfèrent les formes. Rassurez-vous tous les goûts sont dans la nature…

2. Mes seins sont trop petits : par rapport à quoi ? à qui ?…  Et oui il y autant de formes et de tailles de seins différentes que de jeunes femmes sur Terre. Si on peut les trouver trop gros ou trop petits, on peut aussi se dire qu’on trouvera également des partenaires à qui ils conviendront parfaitement. L’essentiel, c’est qu’ils gardent leur rôle sensuel dans l’intimité de la relation sexuelle et leur rôle nourricier pour les futures mères qui souhaiteront allaiter leur bébé.

3. Je suis poilue comme un yéti ! Alors lis notre dossier A poils ! Les poils ont tendance à être traqués à la loupe. Pour une fille, avoir des poils visibles peut être mal vécu car ils peuvent lui faire penser à une apparence masculine ou animale, loin des idéaux de douceur et délicatesse qu’elle s’impose.
4. Mon nez est trop gros : tout ne grandit pas au même rythme et le nez peut créer un déséquilibre sur un visage encore enfantin. Avec le temps, les traits adultes se mettent en place et forment un ensemble généralement plus harmonieux. Le nez contribue à l’expression générale du visage, il est important de le considérer en lien avec les autres parties du visage.

Côté garçons 

1. J’en ai une trop petite, une trop grande : la taille du sexe n’est jamais à la hauteur de nos rêves ou de celle dont se vantent les copains. Alors comment être à la hauteur et donner du plaisir ? Rassurez-vous, le moment venu, vous réaliserez que la taille n’est pas le principal ! On ne mesure pas la virilité à la taille du sexe, mais plutôt à la façon de s’en servir ;-). Vos partenaires vous feront savoir si cela leur convient ou pas.

2. Ch’uis p’tit, pas assez costaud : l’herbe est toujours plus verte ailleurs et il est rare d’être pleinement satisfait de son corps à la puberté. Pour un garçon, être grand est souvent synonyme de force, de pouvoir, de protection… C’est ce cliché que certains se fixent comme modèle. Or une taille moyenne n’empêche en aucun cas d’être un homme, d’être aimé et de réussir. Ce ne sont pas Tom Cruise et Brad Pitt qui diront le contraire !

3. J’ai des seins qui poussent : l’apparition d’une gynécomastie (développement des seins) est assez fréquente chez les garçons entre 13 et 16 ans. Pas de panique, ça régresse spontanément dans les 2 ans qui suivent. L’essentiel est de consulter un médecin afin de pouvoir être rassuré et de trouver les attitudes à adopter afin que cela soit supportable.

4. Ma voix mue, ça déraille dans les aigus : dur d’être crédible ou de ne pas se faire charrier quand les sons qu’on émet sont totalement hors de contrôle et qu’on vous dit « Mademoiselle » au téléphone! Vous rêvez d’une voix rauque de baroudeur ? Patience, la mue dure entre 3 mois et un an ! A l’issue de cette période, vous aurez votre voix propre, unique, qui permettra qu’on vous reconnaisse en toute circonstance.

Notre morphologie, un héritage génétique familial

Beaucoup de nos particularités sont issues de l’hérédité. Notre morphologie (les formes et taille de notre corps), notre nature de cheveux, notre couleur de peau, d’yeux, notre forme de nez etc.…sont inscrits dans notre patrimoine génétique : nous l’héritons de notre famille (d’où l’expression « les chiens ne font pas des chats »). Ces petits détails familiaux ont des bons et des mauvais côtés : à la fois ils signent notre appartenance familiale, et à la fois ils sont à l’origine de certains complexes.

La chasse aux complexes

Essayons de dédramatiser, même si c’est plus facile à dire qu’à faire ! Prenons soin de nous (esprit et corps), prenons le temps de nous habituer à notre corps qui change et apprenons à l’habiller pour mieux l’aimer et l’accepter. Une astuce serait d’essayer de transformer nos petites différences en atout. Filles et garçons ont des complexes, chacun les gère de façon différente mais tous ont en soi des qualités souvent bien plus importantes que ce qui fait les complexes. A chacun de les mettre en valeur.

image_pdfimage_print

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

5 réflexions au sujet de « Les complexes côté filles, côté garçons »

  1. Bonjour, ce que vous faites est une belle initiative, mais j’ai un peu l’impression que vous conseillez aux gens de rentrer dans le moule (ce que certain.e.s pourraient bien sûr preferer), plutôt que de se sentir libre de s’approprier leurs corps :/

    Par ailleurs ma décéption est liée à la partie du corps : vos séparations sont très binaires filles/garçons, et très cissexuée. Ce que je veux dire c’est que tout n’est pas si simple et que des personnes se sentent réellement mal dans leur corps, n’apparaissent pas aux autres comme iels sont vraiment au fond. Ce serait important d’en parler, je trouve.

    Bonne continuation !

    j'aime 1
  2. mais forme me gêne j’aimerait avoir des petite cuisse comme les autre mais c’est pas le cas je ne sait pas quoi faire , il nous comparer , les garçons font du mal sens le savoir je pése 50 kilos pour Mais 13 ans je trouve que c’est trop gros pour mon âge et je suis complexé à propos de ceci ..

    j'aime 2
    • Bonjour Célestine je comprend tous a fait car dans mon collège les garçons font pareils mais c’est normal a 13 ans les hormones changes et le corps travaillent donc ce n’est pas grave si tu as certaines formes au fils du temps ton corps va surement s’affiner ne t’inquiète pas et pour ce qui concernent tes kilos tu n’est pas grosse et puis ceci dépend aussi de ta taille et surtout même si tu es tenter ne sautes pas de repas car tu grignoteras juste et c’est ça qui te feras grossir,voila j’espère que ça t’auras aider au revoir. :bye:

      j'aime 1

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 111 111.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 

https://kokun.net

medicaments-24.com

https://pharmacy24.com.ua